« Pour emprunter une image que Wolfgang Hermann aime et utilise dans ses deux ouvrages, sa littérature nous prend la main, comme Iris saisit celle de son oncle Faustini « un jour lointain » qu’il n’a jamais oublié, une brève étreinte qui rapproche « de l’essence de la vie ». »
Le Temps

Laisser un commentaire