« Dans Olga, Bernhard Schlink raconte un amour inassouvi qui se réfugie dans la lecture. […] l’auteur du Liseur s’en prend au passage au nationalisme allemand. »