« Andreï Kourkov profite du chaos pour réussir un quasi polar socio-politique, dont la première qualité demeure un humour saugrenu. »