« Dans ce roman érudit, remarquablement traduit par Barbora Faure, Magdalena Platzova brosse le portrait d’une époque, mais surtout d’une femme qui toute sa vie aura tenté de se « débarrasser d’elle-même ». »