« Foisonnant, violent, poignant, flirtant parfois avec l’onirisme, sidérant de beauté stylistique et de puissance évocatrice, ce second roman de Gouzel Iakhina dit mieux que n’importe quel essai historique la réalité de la jeune URSS. »