« Le gros poète n’attire ni les regards, ni l’admiration. Il aime la simplicité du quotidien berlinois, il se sait poète, mais se rêve grand romancier. Il ne dort pas et doit lutter contre sa tension artérielle. Il est le reflet de l’abondance, il ne semble pas aimable et pourtant… Pourtant il est le héros du talentueux Suisse Matthias Zschokke, et de ce fait, il est un de ces hommes qu’on aime malgré tout ! » Christelle Moncalvo