« Le lecteur n’oubliera pas de sitôt la lumineuse figure de Veronika à l’innocence écrasée par la brutalité de la guerre. »