Sélections

Sélection de romans cultes sur les animaux

Avis aux amoureux des bêtes : cette sélection de romans européens est pour vous !

Qu’ils aient des grandes oreilles ou des pattes palmées, les animaux présents dans ces récits ont surtout une personnalité bien à eux qui ne vous laissera pas indifférent.

Les animaux sont nos compagnons en temps de solitude, nos amis les plus fidèles et nos miroirs reflétant nos personnalités, nos excentricités et notre physique (ne dit-on pas que le chien ressemble à son maître?).

Ils nous permettent de voir le monde qui nous entoure d’une autre manière, plus zen et décontractée, la plupart du temps, mais parfois aussi plus critique. 

Nous nous sommes amusés à sélectionner quelques pépites de la littérature européenne qui jouent avec ce changement de perspective. Connaissez-vous déjà ces romans cultes ? Quel est pour vous le secret d’un bon roman qui nous parle du regard animal ?

Un classique de la littérature ukrainienne avec un pingouin qui vous fera fondre

Le Pingouin d’Andreï Kourkov, publié aux éditions Liana Levi, traduit de l’ukrainien par Nathalie Amargier, 288 pages.

A Kiev, Victor, un écrivain sans illusions, apprend que le zoo de la ville ne peut plus s’occuper d’un pingouin. En quête de compagnie, il décide de recueillir chez lui l’animal. 

Loin d’égayer l’existence de son nouveau maître, Micha, le pingouin, répand sa morosité dans toute la maison. Sans compter qu’il coûte beaucoup d’argent, ce qui mène Victor à devenir rédacteur de chroniques nécrologiques… sur des personnes bel et bien vivantes. Quand celles-ci finissent par mystérieusement mourir, Victor se rend compte que l’Ukraine est plus tourmentée qu’il ne le croyait… 

Nominé pour le Booker Prize russe en 1994, Andreï Kourkov, par le biais de l’absurdité et de l’humour, dépeint dans Le Pingouin un portrait saisissant de la société ukrainienne post-URSS. Les aventures comiques et rocambolesques de Victor et Micha, brillamment traduites du russe par Nathalie Amargier, lui valent un succès international.

Un kangourou qui n’a pas la langue dans sa poche

Les Chroniques du kangourou de Marc-Uwe Kling, publié aux éditions Robert Laffont, traduit de l’allemand par Odile Demange, 304 pages.

Marc-Uwe Kling a un colocataire un peu spécial. Le kangourou avec lequel il partage son appartement berlinois et surtout son frigo a du répondant, et n’hésite pas à entraîner notre malheureux auteur dans des débats tortueux sur des sujets on ne peut plus sérieux, comme le communisme ou les régimes totalitaires, et parfois inattendus : les soupes en sachets. 
Avec un style plein d’humour et d’irrévérence, Marc-Uwe Kling aborde de façon aussi loufoque que subtile les contradictions et les injustices de notre société. 

Attention si vous lisez ce livre dans un lieu public ! Les dialogues décalés et presque ininterrompus avec le kangourou vont vous faire rire haut et fort – puis vous allez sentir un grand soulagement que ce n’est pas vous qui partagez votre appartement avec lui

Un phénomène littéraire estonien au charme hypnotique

L’homme qui savait la langue des serpents Andrus Kivirähk, publié aux éditions Le Tripode, traduit de l’estonien par Jean-Pierre Minaudier, 440 pages.

Véritable phénomène littéraire venant de l’Estonie, l’auteur nous livre ici un roman au charme éblouissant et empreint de magie. 

Nous suivons un jeune garçon qui est le dernier de son peuple a encore maîtriser la langue des serpents, espèce considéré bien plus civilisée que celle des hommes. Autrefois toute la forêt reconnaissait ce fait et s’efforçait à respecter l’élégance et la finesse des serpents comme lui. Mais la modernité menace d’emporter son monde et de mettre fin à sa vie dans les bois. 
Quand il tombe amoureux d’une paysanne qui rêve de loups-garous, la confrontation impitoyable de deux mondes ne fait que commencer… 

Inspiré des sagas scandinaves, ce roman a été admirablement traduit par Jean-Pierre Minaudier, qui a d’ailleurs découvert ce bijou de roman pour la France. Nous recommandons également la très belle adaptation en livre audio, lu avec une grande élégance par le formidable Emmanuel Dekoninck.

Le roman finlandais culte qui vous donnera envie de partir à l’aventure

Le lièvre de Vatanen, Arto Paasilinna, publié aux éditions Denoël, traduit du finnois par Anne Colin du Terrail, 203 pages.

Vatanen est un journaliste finlandais malheureux dans sa vie : il n’aime plus sa femme, et son travail de reporter ne le passionne pas. Alors qu’il rentre de la campagne avec un collègue photographe, sa voiture heurte brusquement un lièvre qui traversait la route. Alors que certains n’auraient pas même ralenti pour s’occuper de l’animal, il a suffi à Vatanen d’un regard, d’une caresse pour qu’il décide de tout quitter, et de suivre le lièvre dans la forêt. 

Allant jusqu’à adopter son rythme de vie, le journaliste va accompagner la petite créature à travers toute la Finlande et trouver, au fil des rencontres, un sens à son existence. 

Le Lièvre de Vatanen est un véritable roman culte, grinçant et plein d’humour qui nous propose une exploration géographique fascinante de la Finlande.

Une exploration inédite de Moscou

Les jours de Saveli, publié aux éditions des Syrtes, traduit du russe par Maud Mabillard, 330 pages.

Saveli est un chat errant qui vit au cœur de Moscou, en Russie. À ses côtés, le lecteur découvrira sous un jour totalement inédit la capitale. Véritable manuel de survie, la curiosité insatiable de Saveli le mettra dans des situations plus cocasses les unes que les autres.

Recueilli par un homme nommé Vitia, le chat devient à la fois colocataire d’un perroquet, leader d’une bande de félins et employé d’une galerie d’art. Derrière les pérégrinations de Saveli, c’est sa propre vie que raconte l’auteur.

Un roman drôle, tendre et touchant, dans la lignée des grands classiques russes.

L’équipe des Argonautes

Partager l’article


À vos agendas !

Nancy : Éditeurs sans frontières – Le livre sur la place

10 septembre 2022 à 6:19

réservation, renseignements...

Nancy - PRÉFECTURE DE MEURTHE-ET-MOSELLE - ENTRÉE RUE LYAUTEY

Faire passer les frontières à un texte c’est le donner à lire à d’autres, dans une autre langue. Mais n’est-ce pas un engagement encore plus important ? La littérature peut avoir le pouvoir de faire tomber des murs et de faire entendre des voix d’exilés, de prisonniers ou d’auteurs de pays en guerre. Et parfois même l’éditeur dépasse sa fonction au nom des libertés.

Les invités : Liana Levi (Liana Levi), Laure Leroy (Zulma), Farouk Mardam-Bey (Sindbad), Vera Michalski (Libella) et l’Académicien Goncourt Philippe Claudel.
Animation : Thomas Stélandre

Présentation Lettres Européennes.

12 octobre 2022

réservation, renseignements...

Maison de l'Histoire Européenne, Bruxelles

Cette Histoire de la littérature européenne, publiée en 6 langues, dont l'Anglais (Routledge editions), sera présentée à Bruxelles dans la Maison de l'Histoire Européenne.

Première publication des Argonautes Éditeur

07 janvier 2023

réservation, renseignements...

La première publication des Argonautes Éditeur verra le jour en janvier 2023

Actualités

  • suivant

Suivez l’actualité des Argonautes et des grands romans européens

Je m’abonne à la newsletter.