RencontresHistoires de traducteurs

Traduire la littérature turque : la magie d’une rencontre avec le texte d’un auteur

Sylvain Cavaillès nous parle de sa traduction de La longue marche d’Ayhan Geçgin

Sylvain Cavaillès, traducteur du turc (photo: copyright Alizée Grau)

À ma lecture, à sa sortie en 2015, de La longue marche, d’Ayhan Geçgin, je me souviens m’être dit que c’était un livre que j’aurais aimé écrire. D’un côté, il y avait, dans cette histoire d’exil volontaire, quelque chose qui me touchait particulièrement, et de l’autre, je m’étais immédiatement senti en phase avec cette écriture à la fois en quête de sobriété et soucieuse des détails.

J’étais alors dans les premiers mois de mon travail de thèse. J’ai su tout de suite que ce roman avait une place dans mon corpus, mais alors que jusqu’à présent mon optique était de traduire uniquement des passages des livres qui se trouvaient au centre de ma recherche, et parce que je voulais me confronter à cette écriture, je décidai de le traduire in extenso et de tenter ensuite de le proposer à une maison d’édition (Actes Sud accepta le projet sur présentation d’une note de lecture et d’un extrait de traduction, et le livre sortit en 2019).

Avant de traduire un mot, une phrase, voire un discours, c’est une voix qu’on traduit. La voix d’Ayhan Geçgin me semblait unique dans le paysage littéraire turc actuel, et elle m’était familière ; ici n’en est pas le lieu, mais il faudra peut-être un jour que j’en développe les raisons. Toujours est-il que le processus de traduction fut comme un miroir de ce qu’avait été la lecture : s’y manifestèrent les mêmes sensations, les mêmes émotions, les mêmes enthousiasmes. Dans la première partie, « La ville », j’accompagnai le personnage dans des lieux, voire de situations, voire des états d’esprit, qui m’étaient familiers.

Dans la seconde, « La montagne », je me livrai, avec l’écrivain et à mesure que le personnage se délivrait des aspects accessoires de son humanité, à une libération de la langue. Avec le recul, je crois avoir vécu là une expérience privilégiée et somme toute assez rare.

La longue marche est le quatrième roman d’Ayhan Geçgin. Mais il forme, à mon sens, un ensemble avec deux des précédents, dont il est comme l’aboutissement. J’espère donc vivement que les lecteurs français auront bientôt l’occasion de lire Au bord et Le dernier pas et qu’il leur sera ainsi donné de prendre toute la mesure de l’originalité de cet auteur et de son œuvre.

*

Écrivain et traducteur, auteur une thèse (soutenue à l’Université de Strasbourg) sur la représentation des Kurdes et des régions kurdes de Turquie dans la littérature turque, Sylvain Cavaillès est aussi le fondateur des éditions Kontr qu’il a lancées en 2017. Il a traduit Hakan Günday (« La Gravité de la place Taksim », dans Le Livre des places, Inculte, 2018) Ayhan Geçgin (La Longue Marche, Actes Sud, 2019), Murathan Mungan (Taziye. Cérémonie funèbre, Les Djinns de l’argent, 2018, Mahmud et Yezida, Le dernier Istanbul, Kontr, 2021), Murat Özyaşar (Rire noir et Certifié conforme. Histoires de Diyarbakır, Kontr 2018 et 2021), Kemal Varol (Ouâf, Kontr, 2020, prix France-Turquie 2021), Işık Ergüden (Que les ténèbres soient ! Suivi de Au crayon, Kontr 2019), Niyazi Zorlu (Âdem, Kontr 2019). En tant qu’écrivain, son dernier livre paru est Frontière noire (Mémoire active, 2016).

Sylvain Cavaillès

Partager l’article


À vos agendas !

Nancy : Éditeurs sans frontières – Le livre sur la place

10 septembre 2022 à 6:19

réservation, renseignements...

Nancy - PRÉFECTURE DE MEURTHE-ET-MOSELLE - ENTRÉE RUE LYAUTEY

Faire passer les frontières à un texte c’est le donner à lire à d’autres, dans une autre langue. Mais n’est-ce pas un engagement encore plus important ? La littérature peut avoir le pouvoir de faire tomber des murs et de faire entendre des voix d’exilés, de prisonniers ou d’auteurs de pays en guerre. Et parfois même l’éditeur dépasse sa fonction au nom des libertés.

Les invités : Liana Levi (Liana Levi), Laure Leroy (Zulma), Farouk Mardam-Bey (Sindbad), Vera Michalski (Libella) et l’Académicien Goncourt Philippe Claudel.
Animation : Thomas Stélandre

Présentation Lettres Européennes.

12 octobre 2022

réservation, renseignements...

Maison de l'Histoire Européenne, Bruxelles

Cette Histoire de la littérature européenne, publiée en 6 langues, dont l'Anglais (Routledge editions), sera présentée à Bruxelles dans la Maison de l'Histoire Européenne.

Première publication des Argonautes Éditeur

07 janvier 2023

réservation, renseignements...

La première publication des Argonautes Éditeur verra le jour en janvier 2023

Actualités

  • suivant

Suivez l’actualité des Argonautes et des grands romans européens

Je m’abonne à la newsletter.